piwik

convention-collective-fr

convention collective débit de boisson

La convention collective débit de boisson dépend de la convention collective Hôtels, cafés, restaurants (hcr) dont le numéro de brochure au Journal Officiel est 3292.
La convention collective Hôtels, cafés, restaurants (hcr) est un texte signé par les organisations syndicales de salariés et par le groupement d'employeurs. Elle à pour objectif de mettre en place des garanties sociales et de maintenir des conditions d'emploi et de travail .
Ce texte permet de compléter les règles du droit du travail applicables aux salariés et détaille principalement les grilles de salaire, les conditions de licenciement, les règles relatives à la maternité aux congés payés, à la retraite, à la prévoyance....

Focus sur : Accord du 18 septembre 2012 relatif à la lutte contre le travail illégal - convention collective débit de boisson

Les situations de travail illégal visées par le présent accord sont définies par les articles du code du travail suivants :


3.1. Concernant le travail dissimulé


Aux termes de l'article L. 8221-1 du code du travail, sont interdits :
1° Le travail totalement ou partiellement dissimulé, défini et exercé dans les conditions prévues aux articles L. 8221-3 et L. 8221-5 du code du travail ;
2° La publicité, par quelque moyen que ce soit, tendant à favoriser, en toute connaissance de cause, le travail dissimulé ;
3° Le fait de recourir sciemment, directement ou par personne interposée, aux services de celui qui exerce un travail dissimulé.
Aux termes de l'article L. 8221-3 du code du travail :
Est réputé travail dissimulé par dissimulation d'activité l'exercice à but lucratif d'une activité de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services ou l'accomplissement d'actes de commerce par toute personne qui, se soustrayant intentionnellement à ses obligations :
1° Soit n'a pas demandé son immatriculation au répertoire des métiers ou, dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin ou du Haut-Rhin, au registre des entreprises ou au registre du commerce et des sociétés, lorsque celle-ci est obligatoire, ou a poursuivi son activité après refus d'immatriculation, ou postérieurement à une radiation ;
2° Soit n'a pas procédé aux déclarations qui doivent être faites aux organismes de protection sociale ou à l'administration fiscale en vertu des dispositions légales en vigueur.
Aux termes de l'article L. 8221-5 du code du travail (modifié par la loi n° 2011-672 du 16 juin 2011, art. 73), est réputé travail dissimulé par dissimulation d'emploi salarié le fait pour l'employeur :
1° Soit de se soustraire intentionnellement à l'accomplissement de la formalité prévue à l'article L. 1221-10, relatif à la déclaration préalable à l'embauche ;
2° Soit de se soustraire intentionnellement à l'accomplissement de la formalité prévue à l'article L. 3243-2, relatif à la délivrance d'un bulletin de paie, ou de mentionner sur ce dernier un nombre d'heures de travail inférieur à celui réellement accompli, si cette mention ne résulte pas d'une convention ou d'un accord collectif d'aménagement du temps de travail conclu en application du titre II du livre Ier de la troisième partie ;
3° Soit de se soustraire intentionnellement aux déclarations relatives aux salaires ou aux cotisations sociales assises sur ceux-ci auprès des organismes de recouvrement des contributions et cotisations sociales ou de l'administration fiscale en vertu des dispositions légales.
Il découle de ces articles que la notion de travail dissimulé recouvre la dissimulation d'activité et la dissimulation d'emploi salarié.
La dissimulation d'emploi salarié est caractérisée lorsque l'employeur se soustrait intentionnellement :


? à l'accomplissement de la déclaration préalable à l'embauche ;
? à la délivrance d'un bulletin de paie ;
? à la mention sur le bulletin de paie d'un nombre d'heures correspondant à celui réellement accompli alors que cette mention ne résulte pas d'une convention ou d'un accord collectif d'aménagement du temps de travail ;
? aux déclarations relatives aux salaires et aux cotisations sociales auprès des organismes de recouvrement.
Cette obligation concerne également les déclarations devant être faites auprès de l'administration fiscale en vertu des dispositions légales.


3.2. Concernant l'emploi de travailleurs étrangers sans titre valant autorisation de travail


Aux termes de l'article L. 8251-1, alinéa 1, du code du travail (modifié par la loi n° 2011-672 du 16 juin 2011, art. 74), nul ne peut, directement ou indirectement, embaucher, conserver à son service ou employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l'autorisant à exercer une activité salariée en France.


3.3. Concernant le marchandage et prêt de main-d'?uvre à but lucratif, en dehors du travail temporaire


Aux termes de l'article L. 8241-1, paragraphe 3, du code du travail (modifié par la loi n° 2011-672 du 16 juin 2011, art. 40), toute opération à but lucratif ayant pour objet exclusif le prêt de main-d'?uvre est interdite.


3.4. Concernant l'emploi des stagiaires


Le non-respect des dispositions légales concernant les stagiaires conventionnés peut être constitutif du délit de travail dissimulé par dissimulation d'emploi salarié et entraîner la requalification desdits stagiaires en salariés avec les conséquences financières que cela comporte.
Cela concerne :


? le non-respect ou l'absence de conclusion de la convention de stage ;
? le dépassement de la durée du stage ;
? le détournement de l'objet pédagogique du stage ;
? l'exécution d'une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent de l'entreprise ;
? l'absence de gratification pour les stages d'une durée supérieure à 2 mois.


3.5. Concernant l'entraide familiale


Il est rappelé que l'entraide familiale se caractérise par une aide ou une assistance apportée à une personne proche de manière occasionnelle et spontanée en dehors de toute rémunération et de toute contrainte.
Le non-respect de ces éléments peut être constitutif du délit de travail dissimulé par dissimulation d'emploi salarié et entraîner la requalification de l'entraide familiale en contrat de travail avec les conséquences financières que cela comporte.

Mots clés relatif à la brochure n°3292 - IDCC 1979

Top